Alliage 45-46 courriel
Culture, Science et Technique

 

L'ère de la reculturation

Zhao Tingyang


Ce court essai n'a pas l'ambition de nommer l'ère nouvelle. Je ne pense pas que nous ayons vraiment besoin d'inventer un nom pour notre époque. Je crois, néanmoins, que l'ère de la reculturation résume mieux les temps nouveaux à venir que d'autres noms tels que l'époque post-moderne ou l'époque de la mondialisation. Il est facile de voir que la dénomination ère de la reculturation reprend la notion de la renaissance et fait allusion au besoin de changement culturel face au défi posé par le développement de la mondialisation, de l'internet et de la biologie. Je traiterai ici principalement des problèmes relatifs au savoir et aux méthodes de production du savoir. C'est l'un des problèmes-clés de notre époque.

La rhétorique politique

Bien des discours dans le domaine des sciences humaines et des sciences sociales se sont inspirés, au cours des dernières décennies, de la démarche politique et rhétorique. On peut citer, à titre d'exemple, l'œuvre de Foucault, de Huntington, de Said, de Wallerstein, de Habermas, de Rorty et de Rawls, etc. Ce phénomène s'explique peut-être par le fait que de nos jours, les interactions internationales et sociales se sont transformées en une épreuve de force fondée sur une conscience très aiguë des enjeux politiques. Ainsi, notre connaissance de la vie et de la société s'est-elle transformée en connaissance du pouvoir ou en " savoir/pouvoir ", pour emprunter le terme de Foucault. Il n'est guère surprenant de voir les auteurs utiliser la rhétorique politique pour exprimer une réalité déjà perçue en termes politiques. Il y a même une dérive philosophique qui est en voie de transformer la philosophie pure et la recherche logique ou transcendantale en préoccupations politiques ou en " philosophie appliquée ", pour employer une bien vilaine appellation américaine. Je ne critique pas cet état des choses ; une telle critique serait peu fondée, puisque le monde lui-même est devenu progressivement plus politique/économique. Il nous semble, tout de même, que si nous voulons une amélioration à la Pareto de notre savoir partagé et de notre développement culturel futur, le moment est venu de trouver une issue au problème de la concurrence culturelle vécue en tant que conflit politique ou que " heurt de civilisations ", selon le terme de Huntington. Il faut remarquer aussi que le discours exprimé en termes d'anti-hégémonie (théories post-coloniales ou critiques), qui efface le discours hégémonique classique face à d'autres cultures (l'orientalisme, par exemple), est après tout de nature extrêmement politique. Il est difficile, sans doute, de s'extraire d'une telle situation politisée, puisque la perception politique a dévoilé quelque chose d'essentiel au sein des sciences humaines et sociales.

Connaître le destin

Notre connaissance de la vie humaine, enchâssée dans les sciences humaines et sociales, se distingue, dans son essence même, de celle de la nature, en ce sens que l'objet épistémologique des sciences sociales est en même temps un sujet ontologique doté de libre arbitre et exprimant des préférences. Par ailleurs, la connaissance relative à l'humain n'est admise par les uns et par les autres que si elle leur convient ou leur apporte un avantage. En d'autres termes, la connaissance sociale, censée être universelle, n'a, après tout, aucune nécessité factuelle, et peut être rejetée par l'individu si elle ne lui convient pas. C'est ainsi que l'on peut dire les connaissances sociales molles et les sciences dures. Ainsi, notre savoir dans le domaine de la vie humaine n'est-il qu'une forme de connaissance du destin, c'est-à-dire des perceptions et des prédictions incertaines fondées sur des désirs et des attentes, et ne constitue jamais une véritable science en tant que connaissance de lois impératives, à cause de notre incapacité à acquérir une connaissance universelle et nécessaire de la vie. On n'accéderait à la vérité concernant la vie que si notre vie et notre société étaient totalement contrôlées. Cela est sans espoir, puisqu'une société totalement contrôlée n'est pas acceptable aux yeux de la majorité des gens et s'avère ainsi virtuellement impossible.
J'aimerais souligner les limitations suivantes de nos connaissances sociales :
- Les sciences sociales ne sont jamais de simples descriptions de la réalité sociale vue de l'extérieur, elles font également partie de la réalité elle-même. Nos connaissances, par conséquent, modifient constamment le sujet de notre savoir, ce qui fait que ce dernier n'est plus valable. On peut trouver beaucoup d'exemples de ce phénomène dans les domaines du savoir et des prédictions politiques, économiques, sociologiques et psychologiques. Au fur et à mesure de l'accroissement de leurs connaissances, les hommes changent d'objectif, de stratégie ou de projet afin de bénéficier de leurs connaissances de l'être humain et de la société. Ces connaissances sont alors vouées à l'échec, puisque la réalité elle-même s'est muée en autre chose.
- La quoi et le comment au cœur de notre connaissance de la vie sociale ne sont pas toujours disponibles ou accessibles. Cela signifie, avant tout, que la connaissance parfaite de la nature des choses et des problèmes dans leur essence propre n'implique pas l'existence ou l'accessibilité de moyens efficaces pour les aborder ou de solutions éventuelles aux problèmes. L'une des raisons de cette situation, sans parler de son extrême complexité et de l'irrémédiable incertitude qui gouverne la société, se trouve dans les aspirations et les idées conflictuelles qui agitent en permanence l'esprit de chaque homme et les hommes entre eux. Il est impossible de trouver une solution réaliste et viable à tous les problèmes ou à tous les désirs des hommes, même si nous connaissons avec certitude la nature de tel ou tel problème ainsi que celle des objets désirés. Dans les sciences sociales, nous nous trouvons dans la situation déprimante qui consiste à savoir sans pouvoir agir.
- Nous comprenons toujours trop tard ce qu'est la vérité pour nous en servir de notre vivant. Généralement, les hommes apprennent beaucoup de vérités sur l'existence, d'autant plus que certaines ont déjà été explicitées et mises à notre disposition. Cependant, la véritable compréhension de ces vérités demande du temps, et la connaissance théorique préexistante ne garantit pas son application au niveau des faits. Autrement dit, le savoir rationnel ne suffit pas pour nous orienter vers l'action juste.

Le phénomène du mensonge véridique

Il existe un grand problème pratique en ce qui concerne notre connaissance de la vie humaine et j'aimerais l'appeler le problème du mensonge véridique. Notre connaissance de la vie n'est rien d'autre que la somme de nos opinions sur la vie. Celles-ci néanmoins peuvent devenir des vérités à condition de se réaliser un jour. Une opinion se réalisera si, par bonheur, elle bénéficie du soutien des puissances afin de changer réellement notre vie. Par conséquent, un mensonge peut devenir une vérité à condition d'avoir créé la réalité qu'il décrit. Ainsi, est-il clair que les gens fabriquent des mensonges véridiques tous les jours, par le truchement des systèmes politiques, économiques, médiatiques et éducatifs. Pour m'exprimer autrement, certaines personnes ont fait tout leur possible pour contrôler le processus social et l'esprit des gens afin de prouver la véracité de leur connaissance. C'est-à-dire que les universités et les médias produisent non seulement les connaissances mais également les personnes qui y croient et qui en vivent. La course aux connaissances est devenue une sorte de jeu de pouvoir. Mais le jeu de la connaissance exprimé en termes de puissance est très dangereux pour au moins deux raisons, à savoir la discrimination par la connaissance et la normalisation de la connaissance, qui peuvent toutes les deux porter gravement atteinte à la créativité de la pensée humaine.

De la connaissance du soi à la connaissance de l'autre

La connaissance du destin humain a été élaborée sous la forme de la connaissance du soi, c'est-à-dire de l'esprit général, sur la base de la supposition philosophique de l'identité des esprits, ce qui nous a conduit à réduire théoriquement tous les esprits à un seul esprit abstrait et anonyme, un ego, un cogito ou une subjectivité. Cette épistémologie est peut-être valable pour l'étude de la logique et des sciences, mais moins en ce concerne les sciences humaines et sociales, puisque les différences d'un esprit et d'un cœur à un autre doivent être prises en compte si l'on veut comprendre les sociétés, les cultures et les civilisations. Il est évident et également très logique que la base minimale ou la plus simple pour la connaissance de l'humain est la relation moi/l'autre, au lieu de la relation homme/monde, qui constitue le schéma généralement, mais abusivement, adopté. Dans l'épistémologie homme/monde, l'autre ne représente qu'un seul aspect de la connaissance d'un objet, même s'il s'agit d'un objet assez spécial, tel qu'un alter ego.
Ce que je veux souligner ici, c'est que la relation moi/l'autre doit sous-tendre tout problème dans les sciences humaines et sociales. Elle doit constituer le problème principal et non pas un problème parmi d'autres, puisque la connaissance de l'être humain est exclusivement basée sur la connaissance de l'autre aussi bien que de l'être-avec-l'autre. Chacun sait, à condition de connaître un peu la vie, que tous nos heurs et nos malheurs, nos joies et nos peines, l'amour et la haine, les succès et les échecs, mais également nos rêves et nos exploits, nos droits et nos responsabilités, la liberté et la discipline, et le sens même de la vie découlent de nos modes d'être-avec-les-autres. Je pense que nous avons besoin de réformer notre approche de la connaissance, d'entreprendre une volte-face de la connaissance, en échangeant la connaissance du soi contre la connaissance de l'autre. Et il faut mettre un terme au principe épistémologique fondé sur la subjectivité .

Mon idée concernant cette volte-face de la connaissance s'inspire avant tout de la philosophie chinoise classique. Très différente de la philosophie occidentale typique, la philosophie chinoise s'intéresse moins à l'épistémologie du monde qu'aux relations humaines, à la façon d'être-avec-les-autres. Le concept le plus célèbre, presque le seul concept, dans la philosophie chinoise, c'est le REN ou, en d'autres termes, la réciprocité de deux personnes. Et il affirme que pour être ou devenir un homme, il faut pratiquer le REN, c'est-à-dire tout faire de manière réciproque. La pratique de la réciprocité doit être comprise comme une façon de créer le bonheur. Ainsi n'a-t-elle que peu de rapports avec la bonté ou la miséricorde. Ces dernières années, je me suis également inspiré de la théorie de Levinas du je/vous et de l'idée d'Alain le Pichon concernant la connaissance réciproque et la nécessité d'une nouvelle épistémologie.

L'écart interprétatif dans les pratiques

Peut-être pouvons-nous escompter voir un changement dans les sciences humaines et sociales, avec un revirement vers la connaissance de l'autre. Mais il y a aussi d'autres problèmes auxquels il faut prêter attention.
Les idées philosophiques, entre autres la vérité, la bonté, la justice, la liberté, les droits, la rationalité, etc., sont les macro-idées délimitant notre espace de réflexion. Nous ne pouvons situer et juger les problèmes sans avoir recours aux concepts philosophiques. À cet égard, les idées philosophiques sont des idées ordinaires, beaucoup plus que des concepts académiques. La plupart, et surtout les philosophes, prétendent savoir ce que sont ces concepts et comment ils sont devenus qu'ils devraient être. Et il paraît que nous pouvons en discuter de manière logique et y trouver un sens logique. Mais les lacunes importantes au niveau des pratiques montrent les différences importantes, et voire les contradictions, existant au niveau de la compréhension de ces concepts communément partagés. Par exemple, la notion de liberté est généralement comprise dans le sens de liberté négative en Occident, tandis qu'en Chine, c'est dans le sens de liberté positive. De même, l'interprétation de la justice par Confucius sera peut-être inacceptable dans le monde occidental. L'identité d'esprit ne fait pas l'identité des cœurs.
Les écarts dans les interprétations pratiques des idées donnent toujours lieu à des malentendus vis-à-vis de l'autre (voilà l'une des raisons pour éviter la rhétorique politique, surtout quand les malentendus constituent d'injustes déformations). L'orientalisme est un exemple d'une telle déformation, comme le souligne Said. Et nous avons essayé de réduire les malentendus par le dialogue, ce qui semblait le meilleur moyen. Mais le dialogue a ses limites dans le domaine épistémologique. Comment connaître quelque chose qui existe dans un autre univers ? Voilà l'éternel problème, un problème qui peut s'exprimer comme l'impossibilité d'acquérir une plus ample connaissance.

L'un ou tous les problèmes

La connaissance absolue n'est certainement pas exigible, puisque l'homme n'est pas Dieu, non seulement en ce qui concerne les sciences sociales, mais également dans le domaine des sciences. La connaissance approfondie d'un objet est néanmoins obligatoire. Comment obtenir des connaissances sur une culture différente ? Nous devons, par exemple, maîtriser sa langue. Apprendre une langue, c'est le travail de toute une vie (comme le souligne Wittgenstein). Et connaître toute la vie est une tâche quasi impossible, en raison de la surabondance d'informations, de sa complexité et de la subtilité de tous ses détails, qui empêcheront toute personne voulant l'aborder de l'extérieur de vraiment la comprendre. La " description épaisse " de Geertz fonctionne bien pour la connaissance des détails, mais s'avère inadéquate pour une connaissance ample des choses.
J'ai postulé que le problème général qui se pose dans les sciences humaines et sociales relève du paradoxe de " l'un ou tous les problèmes ". C'est-à-dire que les connaissances générales que l'on peut souhaiter avoir d'une société ou d'une culture dans son ensemble ne sont possibles que lorsque tous ses détails sont connus. Cependant, connaître chaque chose et toutes s'avère impossible, en raison de notre manque de connaissance générale essentielle si l'on veut déterminer la signification d'une chose donnée. Dans les sciences sociales, ce principe s'appelle principe d'incertitude, très différent bien sûr de la situation qui prévaut dans les sciences. Une explication scientifique est valable si elle est cohérente et empiriquement effective. Les sciences sociales, cependant, n'ont pas cette chance, puisque leurs enquêtes portent sur les hommes, dont les réactions sont des facteurs essentiels dans la constitution de la connaissance. Par conséquent, il n y a pas de connaissance authentique sans coopération réciproque avec l'objet de la connaissance. Pour m'expliquer autrement, supposons, dans un schéma très simple de la connaissance de l'humain, qu'une personne x acquiert sur y des connaissances parfaitement cohérentes, en conformité avec la théorie qu'il a proclamé universellement vraie, mais que y ne soit pas d'accord avec cette interprétation et décide de faire des choses qui ne s'accordent pas avec les connaissances de x, ou de mettre au point une interprétation différente de celle de x, afin de troubler la vie pratique. Ce à quoi aboutit ce petit ménage n'est rien d'autre que le jeu de la non-coopération avec un équilibre à la Nash. De plus, il sera inutile d'attendre une amélioration à la Pareto et, de ce fait, des connaissances partagées par tous demeureront impossibles.
On pourrait soutenir que connaître une société, c'est connaître un jeu et en même temps, les stratégies du jeu. Compte tenu de ce cas paradoxal, la stratégie réciproque de la connaissance s'avère la meilleure si l'on désire produire des connaissances accessibles et bénéfiques à tous, à la manière d'une amélioration à la Pareto pour la production des connaissances.

La méthodologie de la connaissance réciproque

Comme je l'ai déjà soutenu ci-dessus, l'étude de la vie humaine ne peut sérieusement espérer que l'explication scientifique lui accorde un statut de connaissance scientifique. C'est pourquoi, elle sera limitée à déboucher uniquement sur la connaissance du destin. Cela laisse entendre que la connaissance de la vie humaine, faute d'être une science, doit proposer la meilleure stratégie possible face au destin humain. Et par la meilleure, j'entends celle partagée par tous et comportant des avantages réciproques, puisqu'elle n'a aucune capacité de prévision de l'avenir.

La connaissance partagée
La connaissance de la vie humaine doit être une connaissance partagée et non pas une connaissance produite de façon unilatérale. Qui plus est, la connaissance partagée doit se comprendre comme une connaissance accessible et bénéfique à tous, et ouverte sur l'ensemble des ressources propres aux différentes cultures, un peu comme ce que l'on appelait naguère le bien commun. À mes yeux, le meilleur argument en faveur de la connaissance partagée est qu'elle seule apporte une amélioration à la Pareto à notre quête de la connaissance. La connaissance universelle tant proclamée, de même que l'hégémonie culturelle et la critique anti-hégémonie, aboutissent tout simplement à un jeu de connaissance non-coopératif avec, pour résultat optimal, un équilibre de Nash, comme dans le cas du " dilemme du prisonnier ". Le sort de l'espèce humaine serait triste s'il n'y avait pas de connaissance partagée.

De l'esprit au coeur
Beaucoup de gens s'inquiètent de la dangerosité des développements technologiques contemporains et futurs. Mais le plus dérangeant, à mon avis, c'est la situation de la connaissance de l'humain qui est censée se charger du destin humain à travers ses idées sur la société et ses valeurs existentielles. Une mauvaise description de l'humain donnera lieu à une vie dépourvue de sens.
Les connaissances modernes de l'humain ont été fondées sur la philosophie de l'esprit, ce qui a conduit les penseurs modernes à réfléchir exclusivement en termes rationnels. Ses concepts familiers et ses résultats pratiques se résument dans les expressions " l'homme rationnel " et " l'homme économique ". Une image aussi indigente de l'humain, qui néglige ainsi le cœur, pourrait aboutir à un appauvrissement du sens de la vie. Pire encore, elle pourrait aussi déboucher sur l'oubli de l'Autre et garantir l'échec du travail de mise au point d'une connaissance solide de l'humain. La connaissance de l'homme ne pourra prendre la forme d'un savoir nécessaire et universel, même si certains le prétendent avec des arguments logiques, car la meilleure forme de connaissance est la connaissance partagée qui découle de la coopération réciproque, seule façon de créer la connaissance en tant qu'amélioration à la Pareto. Il n'existera pas de vérité humaine tant qu'il n'y aura pas d'accord avec les autres passant par le cœur. Voilà le point essentiel. Et il est important de développer la philosophie du cœur et la compréhension et l'analyse du cœur, en tant que bases nouvelles de la connaissance.

La nouvelle plateforme pour la production de la connaissance
De même que l'imprimerie et la télévision ont créé les plateformes modernes pour la diffusion de la connaissance, l'internet devrait fournir la nouvelle plateforme qui va dominer l'avenir immédiat. Le problème, à présent, c'est de savoir comment en bénéficier et en exploiter les possibilités. Ici, j'aimerais dire deux mots au sujet de mon idée d'un e-zine, un magazine en ligne, que j'essaie de lancer en Chine. Cet e-zine futur comportera au moins trois volets : un forum d'échange d'idées ouvert à tous ceux qui désirent partager leurs idées sur n'importe quel sujet, en accord avec l'ouverture et l'absence de tout contrôle caractérisant l'internet. J'espère ainsi que ce forum sera vraiment libre, sans aucune discrimination ou tyrannie épistémologiques. Je réalise parfaitement que la connaissance en ligne représente une aventure non-dépourvue de risques majeurs, puisque l'accumulation de la connaissance peut donner lieu à des empilements de balivernes et d'inanités où il devient de plus en plus difficile de discerner ce qui est vrai. Une deuxième partie essentielle, inspirée par l'idée d'Umberto Eco d'un nouvel encyclopédisme, comportera une encyclopédie prenant la forme d'une bibliothèque qui rassemblera des idées sélectionnées ainsi que des interprétations de divers sujets, mais restera ouverte à toutes les disciplines, cultures et traditions intellectuelles. Le problème de l'équité, en ce qui concerne le choix des informations ou des données, s'est déjà posé. Je ne veux pas aborder ce problème éternel ici, sans pouvoir proposer une solution. Le troisième volet comportera un choix de films documentaires, de vidéos et de cédéroms, proposant des reportages et des critiques de la vie culturelle et sociale.

Maximaliser le dialogue
Nous savons tous la difficulté d'établir la connaissance réciproque. Outre la pauvreté et les faiblesses des études concernant les problèmes de l'autre, et surtout du cœur de l'autre, nous nous heurtons aussi à la grande difficulté posée par les limites imposéesà notre dialogue. Dans leur discours, les gens ordinaires, tout comme les intellectuels, expriment rarement plus qu'une partie de ce qu'ils pensent, ou bien dissimulent leurs opinions de façon volontaire ou involontaire. De même, ils évitent souvent les problèmes cruciaux ou, pour des raisons de politique, de religion ou de culture, ils contournent les difficultés qu'il faudrait affronter. Tout comme ils se bornent aux aspects ad hoc des choses, au détriment d'une compréhension plus large. Dans tous ces cas, nous demeurons loin d'un dialogue plénier et réel.
Il va de soi que nous devons approfondir notre dialogue. Il me semble, personnellement, qu'il serait opportun de trouver un moyen de maximaliser nos échanges. Ma propre conception de la chose consiste en un dialogue de cœur à cœur sans aucun interdit, par des discussions et des débats dégagés de toute contrainte, quelque chose d'un peu semblable à la confession, et qui permettent un réexamen de toutes les connaissances produites dans toutes les disciplines, ainsi que de toutes les croyances et de tous les principes que l'on prend pour des acquis ou qui ne sont jamais remis en question. Je suis prêt à parier que ce dialogue vraiment ouvert nous reconduira vers les choses simples et ordinaires où nous pourrons mettre au point une véritable compréhension de l'être humain et de la vie. Cela fait belle lurette que je me demande si je dois continuer à me pencher sur des sujets élevés et profonds, mais sans rapport avec la réalité. J'ai actuellement tendance à penser que nous échouerons dans notre entreprise si nous n'arrivons pas à dégager le sens et la vérité de la vie dans les choses ordinaires, plutôt que dans des théories universelles et logiques mais qui ne marchent jamais.

Ce dialogue maximalisé sera aussi l'occasion d'une aventure, en raison du problème important soulevé par des questions et des doutes culturellement ou psychologiquement inacceptables. Je ne suis pas certain que ce projet soit viable. Il nous offrirait cependant une méthode féconde quoique douloureuse pour étendre notre connaissance de l'humain.
Il se peut que la connaissance de l'avenir se trouve au-delà de notre entendement. Mais le moment est venu pour une reculturation. Et je suis de l'avis que, tout comme la liberté et la démocratie ont été les concepts fondateurs de l'époque moderne, la réciprocité pourrait devenir l'un des principes fondateurs des temps nouveaux face à l'incertitude née du succès de la mondialisation, de l'internet et de la biologie.

Traduit de l'anglais par George Morgan